Retour sur les plus grosses faillites d'entreprises

Retour sur les plus grosses faillites d'entreprises

De nos jours, il est courant de parler de la réussite des plus grands entrepreneurs. Il est évidemment moins drôle d'évoquer les plus grosses faillites de ces derniers, surtout sur le plan économique. Bien qu'il puisse arriver à tout le monde de connaître des hauts et des bas en matière d'entreprenariat, il y a eu dans l'histoire des écroulements de grands « empires financiers ». Voici le top des plus grosses faillites d'entreprises.

« Too Big To Fail », devise des Lehman Brothers

C'est le numéro un des plus grosses faillites d'entreprises qui n'ont jamais existé jusqu'à ce jour. Banque d'investissement créée vers l'année 1850, elle a vécu au travers des crises, des guerres et du fameux crash boursier de 1929, jusqu'en 2008, lors de la crise de « subprimes ».

Cependant, le système utilisé par la filiale est immanquablement risqué, et comme si cela ne suffisait pas, Lehman Entreprise crève encore plus de nouveaux plafonds. Cette entreprise se permet un emprunt plus gros que celui de ses concurrents, l'endettement se fait de plus en plus ressentir au niveau des investisseurs et des contreparties. L'apparition d'un seul problème sur l'actif placé en garantie remet en cause tout le système. Le financement prend l'eau sans prévenir en incluant tout le monde dans une crise.

Le groupe perd alors toute la valeur de ses actions et se met sous la protection de la loi américaine sur les faillites, pour une perte s'élevant à 691 milliards de dollars et près de 25.000 personnes sans emploi.

Washington Mutual : la banque américaine

C'était, pour ainsi dire, la plus grande caisse d'épargne des Etats-Unis. La société devient une véritable institution financière lors de son entrée en bourse au New York Exchange. Les analystes ont confirmé un système risqué où les liquidités étaient insuffisantes pour faire face à ses obligations, ce qui mettait la firme dans une situation délicate pour poursuivre ses activités.

Par ailleurs, Washington Mutual montrait des signes d'insolvabilité au niveau de ses investisseurs, et ce fut la dernière conséquence qui amena la crise du crédit. L'un des établissements les plus affectés en matière de crédits hypothécaires a été obligé de cesser ses actifs. On parle d'une perte d'un montant de 700 milliards de dollars.

WorldCom : télécommunication et crise financière

La faillite du géant de la télécommunication a été entachée d'une mention particulière par rapport aux autres. En effet, WorldCom a fait l'objet d'une escroquerie en 2002 en salissant l'image de son entreprise par des manipulations comptables. Aux yeux du monde et de la presse, l'événement fut poussé au niveau du scandale et de la polémique.

Tout son système reposait sur la déclaration de revenus totalement fictifs, à hauteur de 11 milliards de dollars. Les dirigeants s'enrichissaient sans que leurs gains reposaient sur les bénéfices d'exploitation, mais uniquement sur le gonflement boursier. Toutefois, suite à cette découverte, le cours de l'action de l'entreprise chute et se voit même suspendu par la suite. Contrainte à la fermeture, la société se réorganise et change de nom, de dirigeants et de politique de gestion.